Notre histoire

En Belgique, la première « classe à l’Hôpital » est créée par le Docteur Dubois en 1951, dans le service de Pédiatrie de l’Hôpital St Pierre à Bruxelles. Elle est destinée aux enfants de 3 à 14 ans.
Grâce à l’aide de l’Etat, cette expérience s’étend dans certains grands services de Pédiatrie.

Cependant en 1982Anne-Marie Lamfalussy et Chantal Legrand constatent l’absence d’écoles semblables dans bon nombre d’hôpitaux dont le service de pédiatrie est plus réduit.  Or elles sont convaincues que garder un contact avec l’école est plus qu’un atout pour les enfants hospitalisés et peut leur apporter  confiance et espoir pour l’avenir.

Elles créent alors  une association « L’Ecole à l’hôpital» inspirée d’une association française et basée sur le bénévolat. Le suivi des enfants malades peut s’organiser dans les hôpitaux qui le souhaitent.
Très vite, elles se rendent comptent  que les enfants qui quittent l’hôpital ne sont pas, pour autant, capables de retourner à l’école. Elles se lancent alors dans l’organisation d’un suivi à domicile par des professeurs diplômés, à Bruxelles mais aussi dans toutes les provinces où s’installent des antennes de l’association.

En 1991, l’association de fait devient une Association Sans But Lucratif.

En 2001, elle prend la dénomination de «L’Ecole à l’Hôpital et à Domicile ».

En 2007, elle s’installe au 77 rue de la Cambre, 1150 Bruxelles.

En 2011, l’aile néerlandophone devient une vzw indépendante: « School & Ziekzijn »

« L’Ecole à l’Hôpital et à Domicile » est une association pluraliste.

  • Elle répond à toute demande de suivi scolaire, quel que soit le niveau scolaire de l’enfant (de 4-5 ans à 21 ans).
  • Elle envoie gratuitement des professeurs bénévoles dans tous les hôpitaux qui en font la demande. Des Equipes hospitalières peuvent éventuellement s’y former.
  • Elle travaille en complémentarité avec les écoles hospitalières de l’enseignement spécial de « type 5 ».
  • Elle  envoie des enseignants à domicile, auprès d’enfants et d’adolescents malades, à la demande de leurs parents.
  • Elle travaille en collaboration avec l’école de l’élève, son médecin traitant ou encore, dans certains cas, le PMS, les services sociaux.